Mes premiers pas vers le végétarisme

Écrit par Caroline Cloutier
Je ne suis pas végétarienne, je ne l'ai jamais été, et pourtant, je tente jour après jour de diminuer ma consommation de produits d'origine animale. En fait, même si je tends vers ce mode d'alimentation, je ne ressens pas le besoin de m'apposer cette étiquette pour cesser de manger de la viande. Je me suis longtemps dit que ça serait bien de devenir végétarienne, car après tout, c'est bon pour l'environnement, la santé, sans parler de la cruauté animale répandue dans l'industrie du bétail. Après réflexion, je me suis dit à quoi bon, je n'ai pas besoin de me proclamer végétarienne pour y arriver. J'ai plutôt choisi d'adopter une alimentation mettant de l'avant une variété de protéines végétales.

Les légumineuses, le tofu ou le tempeh n'ont jamais fait partie des habitudes alimentaires de ma famille. Toute petite, je ne mangeais presque pas de protéines végétales, mis à part celles qu'on retrouve dans les produits céréaliers (oui, on y retrouve aussi des protéines, mais en plus petites quantités). Lors de mes études universitaires en nutrition, j'ai découvert les aliments sous un nouvel angle. J'en étais à mes premières années en appartement, et j'apprenais à cuisiner de nouveaux aliments. Lorsque je retournais dans mon coin de pays, je me faisais un plaisir de faire découvrir des nouvelles recettes à mes parents, qui ont également pris goût à diminuer leur consommation de viande.

De nombreux mythes entourent encore le végétarisme. Selon ceux-ci, les adeptes de ce mode d'alimentation seraient plus à risque de carences et n'auraient pas suffisamment de protéines dans leur alimentation. Chose certaine, il ne suffit pas d'éliminer la viande de son alimentation, mais bien de la remplacer. De cette façon, on s'assure que l'on consomme suffisamment de protéines et autres vitamines et minéraux essentiels. Bien que la plupart des protéines végétales soient incomplètes, celles-ci se combinent bien à l'intérieur d'un repas ou d'une journée. En effet, celles retrouvées dans les légumineuses complètent bien celles qu'on retrouve dans les produits céréaliers ainsi que dans les noix et graines.

Aujourd'hui, ma passion pour la nutrition et pour la cuisine m'a amenée à lancer mon blogue (http://ccloutiernutrition.com) afin de partager mes recettes et d'écrire sur des sujets qui m'inspirent. J'ai du plaisir à intégrer une variété de protéines végétales à mon épicerie et à mes recettes, sans pour autant éliminer les œufs et le fromage (que j'aime un peu trop!). À l'occasion, il m'arrive de manger de la viande, et je ne fais pas de caprice lorsque je suis invitée chez de la famille ou des amis. Pour diminuer sa consommation de viande, il faut faire preuve de curiosité et d'ouverture, aimer découvrir de nouveaux aliments et apprendre à les cuisiner. Au besoin, consulter une nutritionniste peut vous aider à vous y retrouver et même vous inspirer à varier votre alimentation. J'aime croire que ce que je fais pourra en aider quelques-uns à manger avec plaisir et à ajouter de la variété à leurs assiettes.

Quelques ressources pour vous aider:
Diététistes du Canada, «Lignes directrices sur l'alimentation saine pour les ovo-lacto végétariens»
http://www.dietitians.ca/Downloads/Factsheets/Guidelines-Lacto-Ovo-FRE.aspx
Extenso, «Végétarisme»
http://extenso.org/au-quotidien/vegetarisme/


Des questions? N'hésitez pas à me contacter.