Comment atteindre ses objectifs de perte de poids pour 2017

Écrit par Caroline Cloutier
Le début d'une nouvelle année est souvent synonyme de nouvelles résolutions. Pour plusieurs, perdre du poids sera leur principal objectif pour les mois à venir, alors que pour d'autres, la santé sera au cœur de leurs préoccupations. Pour 2017, mettons de côté les régimes dernier cri et les méthodes populaires promettant une perte de poids rapide. Perdre du poids, ça demande du temps, et de l'investissement à long terme. Je ne vous offre peut-être pas une solution miracle, mais lisez cet article jusqu'à la fin et j'aurai peut-être réussi à vous convaincre de mettre fin aux restrictions et aux régimes. Parce que c'est possible de dire adieu aux kilos en trop, de retrouver l'équilibre et la tranquillité d'esprit, et ce, en mangeant tout ce dont vous avez envie!

Une perte de poids rapide…
Avez-vous déjà suivi un régime par le passé, ou vous êtes-vous volontairement imposé des restrictions ou des règles alimentaires dans le but de voir le chiffre diminuer sur la balance? Peu importe la méthode, le principe est le même: pour perdre du poids, on diminue le nombre de calories qu'on consomme. Et qui dit régimes dit restrictions, mais notre corps trouve toujours un moyen de s'adapter aux changements qu'on lui impose. Autrement, comment aurait-on survécu toutes ces années?
La première chose à savoir est que lorsqu'on perd du poids, on ne perd pas seulement du gras. En fait, on perd également une partie de notre masse musculaire et bien entendu, de l'eau, qui compose en grande partie nos muscles. C'est pourquoi notre poids peut chuter rapidement au début, alors qu'en fait on est simplement déshydraté.

Les effets de la restriction
Étourdissements, fatigue, perte de masse musculaire… ce ne sont que des exemples des impacts physiques des régimes. Saviez-vous que notre cerveau dépend uniquement du glucose (sucre) pour bien fonctionner? En fait, à lui seul, il utiliserait près du quart des calories qu'on consomme chaque jour. Le priver de cette précieuse énergie peut nous rendre plus irritables, moins concentrés, moins performants, et c'est sans parler de cette barre de chocolat qu'on s'interdit de manger, à laquelle on pense toute la journée. Frustrant, tout ça!

« Pourquoi ça marche pas ? »
Lorsque notre corps manque d'énergie, il va puiser dans ses réserves. La première à être utilisée est le glycogène (réserve de glucose) qu'on retrouve dans nos muscles et notre foie. Le gras, c'est notre réserve d'énergie à long terme qui permet à notre corps de survivre au manque de nourriture. Lorsque nos réserves commencent à baisser, le corps nous envoie des signaux de faim et de satiété.
Avez-vous déjà entendu quelque part que les restrictions mènent à l'excès? Une des raisons qui explique ce phénomène est que plus les réserves d'énergie s'abaissent, plus ces signaux sont puissants et peuvent nous faire tomber dans les compulsions. Cependant, bien d'autres mécanismes tant psychologiques que physiques s'y ajoutent.

Jouer au yoyo avec son poids
Connaissez-vous l'effet yoyo? À long terme, le manque d'énergie amène le corps à s'adapter. Lorsqu'on suit un régime, on réduit la quantité de calories qu'on consomme dans une journée. Notre corps possède alors moins d'énergie pour fonctionner. À long terme, il apprend à fonctionner en mode « économie d'énergie ». Pas fou quand même!
De plus, rappelons-nous qu'une perte de poids entraine une perte de gras, mais aussi de muscles. La masse musculaire influence le métabolisme, c'est-à-dire l'énergie que notre corps dépense au repos, car elle utilise une grande partie de notre énergie, même lorsqu'on ne s'en sert pas. Qui dit moins de muscles, dit donc un ralentissement du métabolisme.
Lorsqu'on retourne à nos anciennes habitudes, après avoir terminé ou abandonné ce fameux régime miracle, l'énergie supplémentaire est donc accumulée, car notre corps se souvient d'en avoir manqué. Et le métabolisme s'adapte lentement au changement. Ça explique pourquoi on reprend les kilos perdus, et même plus. Se lancer à nouveau dans les restrictions ne fera que perpétuer ce cercle vicieux qui continue d'abaisser notre métabolisme au repos. Ce ralentissement rend malheureusement toute perte de poids future beaucoup plus difficile.



La solution
S'il existait une solution « miracle » à la perte de poids, on le saurait! Le problème est que la plupart des gens se tournent vers des solutions rapides, qui ne fonctionnent pas à long terme. Avant d'essayer un nouveau régime à la mode, vous pouvez évaluer votre méthode de perte de poids grâce à l'outil d'ÉquiLibre qui vous permettra de déterminer s'il s'agit d'une solution réaliste, sécuritaire et durable.
Quoi faire alors? Modifier ses habitudes de vie demande du temps et il faut privilégier un changement à la fois. Voici quelques conseils pour y arriver.
  • Manger de tout, avec équilibre, sans s'interdire d'aliments. Mettez fin aux régimes et aux interdits pour retrouver l'équilibre et le plaisir de manger.
  • Apprendre à faire confiance à ses signaux de faim et de satiété, qui nous indiquent quand manger et quand s'arrêter. À force de ne plus les écouter (en suivant plusieurs régimes, par exemple), on finit par se déconnecter, et c'est évidemment ce qu'on veut éviter.
  • Savourer chaque bouchée. Manger, c'est un beau plaisir de la vie, et on serait fou de ne pas en profiter.
  • Bouger, pour le plaisir! L'activité physique devrait faire partie d'un mode de vie sain, perte de poids ou pas. Choisir une activité que vous aimez et qui vous fait du bien vous aidera à conserver cette bonne habitude au fil des années.
  • Faire appel à un professionnel qualifié. Les nutritionnistes peuvent vous accompagner dans votre démarche de changement de comportement.
Ce qu'il faut retenir, c'est que tout changer d'un coup ne mène pas à des résultats durables à long terme. Favorisez de petits pas, et rappelez-vous, chaque réussite compte!
Des questions? N'hésitez pas à me contacter.


Références

Mann, T., Tomiyama, A. J., Westling, E., Lew, A. M., Samuels, B., & Chatman, J. (2007). Medicare's search for effective obesity treatments: diets are not the answer. American Psychologist, 62(3), 220.
Grodstein, F., Levine, C., Troy, L., Spencer, T., Colditz, G.A. et Stampfer, M.J. (1996). Three-year follow-up of participants in a commercial weight-loss program. Can you keep it off ? Archives of internal medicine, 156, 1302-1306.
Lau, D. C., Douketis, J. D., Morrison, K. M., et al. (2007). 2006 Canadian clinical practice guidelines on the management and prevention of obesity in adults and children [summary]. Canadian Medical Association Journal, 176(8), S1-S13.