En pyjama, à minuit, bien calée dans le sofa: il n'y a rien de plus facile que de faire du magasinage en ligne dans le confort de son foyer! Tendances vous livre les meilleures adresses pour dénicher des trouvailles et des trucs pour éviter les mauvaises surprises.

par Émilie Laperrière


L'achat en ligne permet de magasiner au gré de ses envies. Josiane Stratis, rédactrice en chef du site tonpetitlook.com, l'a bien compris. «J'ai un horaire atypique. Avec l'école, les événements auxquels je dois assister et mon site, ça ne me laisse pas beaucoup de temps pour magasiner. Alors j'achète le soir, en ligne.» Elle ne s'en passerait plus, elle qui achète «dès que sa carte de crédit le lui permet»! 
C'est aussi pour gagner du temps que Marie-Ève Émond magasine sur Internet. La designer de la griffe Betina Lou y achète surtout des livres, des billets de spectacle et des voyages, mais succombe à l'occasion à des chaussures, des sacs et des accessoires mode. 
«Chercher sur le web, ça me permet d'avoir de l'inspiration pour ma collection. C'est bien aussi pour acheter des articles introuvables au Québec», note-t-elle.

Détails, détails, détails
La designer conseille de chercher les rabais – allô les aubaines! – et de vérifier la composition ainsi que la finition d'un article avant d'acheter. «On ne peut pas toucher, alors j'essaie d'avoir le plus de détails possible : la coupe, le tissu, la longueur. Je prends aussi note des frais de livraison pour éviter les mauvaises surprises.» Effectivement, ces derniers peuvent parfois être élevés. On paie par exemple 9,95$ pour toute commande sur le site de J. Crew ou 59$ pour un article de 500$ ou moins chez IKEA. Pour rentabiliser ses achats, on s'assure que les frais de livraison ne sont pas plus élevés que le prix de la robe commandée, ou on achète plus d'un article pour profiter de la livraison gratuite, comme c'est le cas avec les achats de plus de 75$ chez Boat People.

Des frais de douane peuvent s'appliquer lors d'un achat à l'international. Pour avoir une idée du montant à payer lors de la réception du colis, le site thefinalcost.com (en anglais seulement) offre un outil en ligne pour calculer la facture.

Pour Josiane Stratis, il est aussi essentiel de bien connaître son corps pour magasiner en ligne. «Il faut savoir sa taille et quels vêtements nous vont bien. Je sais par exemple que la coupe péplum ne m'avantage pas du tout. Je m'en tiens loin sur Internet», explique-t-elle.

Lèche-vitrine virtuel
La styliste Jessica Dalpé avoue, de son côté, ne pas acheter beaucoup en ligne. Par contre, le web est l'une de ses princi pales sources d'inspiration. «Je me tiens au courant des tendances et ça me donne des idées pour mes clientes», dit-elle.
Pourquoi alors ne pas acheter sur le web? «Souvent, les boutiques que j'aime ne vendent pas en ligne. Je trouve aussi les retours difficiles.» Elle craque néanmoins pour des articles de décoration, qui risquent moins de la décevoir. Etsy est SA référence pour la déco.
Pour éviter la cohue des magasins, l'attente pour une cabine d'essayage et la musique trop forte, Josiane Stratis, elle, est prête à prendre le risque. Et si un article ne fait pas, elle trouve quelqu'un à qui ça ira dans son entourage. Réglé les problèmes de retour!