Il existe deux catégories de vaporisateurs nasaux.

  1. 1

    Les traitements non médicamentés

    En vente libre, aucun effet secondaire.
    • Hydratants (à base d'eau saline): hydratent et nettoient la cavité nasale. Ils peuvent être efficaces  pour contrer l'écoulement nasal.
    • Lubrifiants (sous forme de gel): préviennent la déshydratation et la sécheresse
  2. 2

    Les traitements médicamentés

    En vente libre ou sous prescription, effets secondaires rares.
    • Décongestionnants: décongestionnent le nez. Ils peuvent créer une accoutumance en quelques jours à peine: il ne faut donc pas les utiliser pendant plus de cinq jours.
    • Antihistaminiques: contrôlent les éternuements causés par des allergies respiratoires (poussière, pollen, animaux, etc.).
    • Anticholinergiques: permettent exclusivement de contrôler l'hypersécrétion nasale (production de mucus et écoulement nasal chronique, surtout observés chez les personnes âgées souffrant de rhinite).
    • Anti-inflammatoires à base de cortisone: préviennent l'inflammation nasale chronique en soulageant les symptômes de congestion, d'écoulement et d'éternuements. Ils nécessitent une utilisation prolongée pour que l'effet soit efficace à long terme. Dans le cas d'allergies, on conseille de commencer à employer un vaporisateur nasal à base de cortisone quelques semaines avant la période à risque afin de prévenir les symptômes.
  • Y a-t-il des restrictions?

    Les personnes ayant des cavités nasales hypersensibles devraient consulter un médecin avant de faire l'usage d'un vaporisateur nasal. Par ailleurs, certains vaporisateurs sont déconseillés aux personnes souffrant de certaines conditions médicales tels l'hypertension (décongestionnants), le glaucome (anticholinergiques) ainsi que les allergies à l'un des composants des vaporisateurs. Notez que l'on devrait tenter de traiter les symptômes à l'aide d'un vaporisateur sans ordonnance avant de se tourner vers un vaporisateur plus puissant obtenu avec une prescription.