Profiter d'un sol dûment préparé et prêt à recevoir toutes sortes de cultures est la clé pour réussir ses récoltes! Et lorsque l'on crée un potager à partir de zéro, on peut s'y prendre de deux manières.

Pour un potager avec la terre existante

Le sol est meuble et naturellement bien drainé? Il est sablonneux et pauvre en matières organiques, mais il se travaille bien? Avec une pelle, on enlève la couche de gazon sur la surface de la planche (l'emplacement du potager). À l'aide d'une fourche-bêche, on laboure le sol jusqu'à une profondeur de 15 à 20 cm. On peut aussi louer un motoculteur pour retourner la terre plus facilement. Dans le sol d'origine, on incorpore ensuite entre 2 et 5 cm de compost de crevettes ou de fumier de mouton. Bien que le compost suffise, il est également possible d'ajouter un engrais biologique à dégagement progressif au sol.

Pour un potager surélevé

Il est aussi possible de créer une surface de culture surélevée délimitée par des planches de bois, surtout si la terre en place est pauvre. Pour ce faire, on commence par nettoyer l'emplacement du nouveau potager : on fauche les mauvaises herbes ou on tond la pelouse, en laissant les déchets au sol. On couvre ensuite la section du potager avec sept à dix feuilles de papier journal préalablement trempées dans un seau rempli d'eau, en veillant à ce qu'elles se chevauchent de manière à former une barrière efficace qui étouffera le gazon et les herbes nuisibles. On ajoute par la suite au minimum 30 cm de terre à jardin neuve à laquelle on aura préalablement mélangé du compost selon les indications du fabricant. On peut aussi mettre de l'engrais, si nécessaire. Finalement, on égalise le sol avec un râteau avant d'encadrer le jardin.