Home | Trucs | Psycho | Mon ado me ment, quoi faire?
Mon ado me ment, quoi faire?
/ 5

Mon ado me ment, quoi faire?

Texte: Nadia Gagnier, Ph. D., psychologue
Photo: Shutterstock

Q: Je sais que mon ado me ment. Comment réagir?

R: Quand un ado ment, il est important de se demander quelle était l’intention derrière ce mensonge. En fait, il existe différentes sortes de mensonges.
 

  • Le mensonge «blanc»: c’est un mensonge pour faire plaisir à quelqu’un ou pour protéger son ego. Par exemple, il peut arriver qu’une amie change sa couleur de cheveux et que nous la complimentions, même si la teinture est ratée ! Dans ce cas, le mensonge provient d’une bonne intention.
  • Le mensonge délibéré: c’est un mensonge qui vise à manipuler une personne pour en abuser ou pour faire délibérément quelque chose de mal sans se faire prendre. Il s’agit de la forme de mensonge qui est le plus souvent associée aux comportements délinquants.
  • Le mensonge défensif: c’est un mensonge qui vise à éviter les conséquences de certaines erreurs commises, sans mauvaise intention. Il peut s’agir de mensonge par omission (ne rien dire en espérant que ça ne se saura pas) ou d’une réelle distorsion de la réalité (accuser quelqu’un d’autre).

Dans le cas du mensonge défensif, l’ado peut réagir ainsi pour échapper à une discipline trop sévère, à une attitude culpabilisante ou à des réactions trop émotives de la part de son parent. C’est le manque de confiance de l’ado envers la capacité du parent à réagir sereinement à son erreur qui l’amène à mentir. Avant de conclure que votre ado sera un futur délinquant, demandez-vous quelle intention se cache derrière son mensonge. Après cette réflexion, si vous considérez toujours qu’il vous manipule pour faire des mauvais coups, voici une façon de réagir qui vise à mettre cartes sur table, tout en tentant de préserver votre lien avec lui.
 

  • Avant de le confronter avec des preuves, amorcez une discussion sur la notion de confiance, et donnez-lui une dernière chance de faire ses aveux. Dites qu’il est normal de faire des erreurs de jeunesse, mais qu’il vaut mieux être honnête que de perdre la confiance de sa plus grande source de soutien: ses parents!
  • Ensuite, seulement s’il continue à nier, vous pourrez lui présenter vos preuves, mais sans agressivité… montrez seulement que vous n’êtes pas dupe, que sa persistance dans le mensonge vous fait beaucoup de peine et que vous êtes inquiet pour votre relation de confiance.


You may also like

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *