10 erreurs que les parents font trop souvent dans l’éducation de leur enfant
/ 5

10 erreurs que les parents font trop souvent dans l’éducation de leur enfant

Texte: Nadia Gagnier, Ph. D., psychologue
Photo: Shutterstock

L’éducation des enfants n’est pas une mince tâche! Vous auriez parfois envie de céder à leur charme ou de les surprotéger? Voici des erreurs fréquentes qu’il faut à tout prix éviter.

  1. Le faire dormir dans le lit conjugal.

    Certains parents le font pour des occasions exceptionnelles (en camping ou après une soirée cinéma) et arrivent à faire comprendre la nature unique de cet évènement. Par contre, quand faire dormir l’enfant avec soi devient une solution facile à un problème de sommeil, on risque de développer une habitude qui sera difficile à défaire et qui apportera son lot d’inconvénients.

  2. Acheter la paix.

    Il faut que l’enfant comprenne que les petites frustrations font partie de la vie. Il doit apprendre à réguler sa colère et, éventuellement, à conclure que la crise ne paie pas! Pour y arriver, les parents doivent maintenir leur refus même si cela implique de subir la crise de l’enfant.

  3. «Défaire» une intervention de notre conjoint que l’on juge trop sévère.

    On risque alors de discréditer l’autorité du conjoint. L’enfant doit sentir que ses parents sont solidaires. Même si cela peut être frustrant pour lui, c’est surtout rassurant.

  4. Le surprotéger.

    La surprotection enverra indirectement à l’enfant le message que le monde extérieur est dangereux et qu’il est incapable de l’affronter. Il risque de développer des troubles d’anxiété et une faible perception d’efficacité personnelle.

  5. L’inscrire à trop d’activités organisées.

    Les activités parascolaires apportent beaucoup de bienfaits, notamment pour la socialisation, l’estime de soi ainsi que le développement d’habiletés et de connaissances. Cependant, quand il ne reste plus de temps libre en famille et que l’organisation devient un grand stress, l’enfant y perd plus qu’il n’y gagne.

  6. Dire à l’aîné qu’il doit être compréhensif parce qu’il est le plus grand.

    Même s’il est l’aîné de la famille, il ne faut pas oublier qu’il est tout de même un enfant et qu’il n’a pas la maturité d’un adulte. Ce genre de commentaire peut créer un sentiment d’injustice chez l’aîné et augmenter la rivalité fraternelle.

  7. Ne pas prendre le temps de jouer quotidiennement avec lui.

    Après une journée de travail, jouer avec notre enfant n’est pas toujours tentant. Néanmoins, une période de jeu quotidienne est la meilleure façon d’assurer un équilibre dans la relation, de mieux connaître l’enfant et de savoir ce qu’il a vécu dans sa journée tout en lui démontrant qu’il est important pour nous. C’est un des seuls moments où le parent entre dans le monde de l’enfant, et non l’inverse.

  8. Ne pas prendre de temps pour soi.

    Quand un parent prend le temps de se ressourcer et de prendre soin de lui, il prend les moyens pour être plus rationnel, patient et souriant dans ses interactions auprès de son enfant.

  9. «Fais ce que je dis, pas ce que je fais».

    Au-delà des grands discours moralisateurs que nous pouvons parfois tenir, être un modèle positif reste le meilleur moyen de s’assurer que l’enfant évoluera bien.

  10. Poser trop de questions ou donner trop de conseils.

    Parfois, le meilleur soutien que nous pouvons offrir à notre enfant, c’est une oreille attentive et une acceptation de ses états émotifs.



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

  1. Julner 25 septembre 2018

    Ce sont de tres bon postulats. puis-je les utiliser dans un livret pour famille?

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte