L’hypersexualisation des ados
/ 5

L’hypersexualisation des ados

Des jeunes filles portent des strings, des t-shirts moulants et des talons hauts. Des garçons à peine pubères s’épilent et font de la musculation. Nos ados sont-ils trop sexy? Comment réagir en tant que parents et comment discuter avec eux de cette préoccupation?

Par Geneviève Gourdeau / Photo: Shutterstock

Afficher un look adulte et sexy alors que l’on entre à peine dans l’adolescence fait partie du phénomène global de l’hypersexualisation. «Ce phénomène touche tout le monde. Il est lié à l’omniprésence de la sexualité dans les médias et la mode. Le message véhiculé est simple: pour être socialement accepté, il faut être sexy. Et à l’adolescence, il est hyper important d’être accepté par ses pairs», explique Dre Nadia Gagnier, psychologue. «Il n’y a pas de mal à laisser les ados essayer certains vêtements, du maquillage, etc. Mais, à partir du moment où vous ressentez un réel inconfort parce que votre ado se montre trop sexy, il faut intervenir. Lui-même n’a probablement pas conscience de l’effet qu’il provoque.»

Comment définir les limites?
Définir les limites par rapport à cette question est un travail qui commence dès la petite enfance. «Quand l’occasion se présente, faites savoir à vos enfants ce qui est acceptable ou non, selon vos valeurs, explique la psychologue. Par exemple, si vous regardez un spectacle à la télévision et que l’on y voit des personnes habillées de façon très sexy, il est bon de préciser à votre enfant: « Tu vois, ça c’est un costume de scène, la dame ne s’habille pas comme ça tous les jours. »»

Magasiner avec son ado
Une autre excellente façon de définir les limites est de magasiner avec son ado pour l’achat de ses vêtements. Vous pouvez lui montrer ce qui est sexy et décent, et ce qui est sexy et indécent. C’est une différence très importante à faire.

L’art de la négociation
Nadia Gagnier recommande de toujours demeurer ouvert à la discussion. Voici un bon exemple: 
 

  1. Exprimez d’abord votre compréhension: « Je comprends que tu aies envie d’être sexy, que tu veuilles plaire aux garçons/aux filles.»
  2. Mettez ensuite votre limite ou négociez un compromis: «D’accord pour cette jupe, mais ce chandail, c’est un non catégorique.»

Attention, danger!
Que risque-t-il de se produire si une jeune fille s’habille trop sexy? «Il y a risque d’erreur sur la perception que la jeune fille va projeter, sur sa sexualité. Si elle n’est pas du tout prête à vivre une sexualité active, elle pourrait rencontrer des problèmes avec des garçons, voire même avec des filles, et en être très blessée. Il y a un danger qu’elle se fasse parler, regarder et toucher de façon inappropriée», prévient Nadia Gagnier. «Il est important que la jeune fille conserve le respect dans le regard de l’autre.»

Petit guide de prévention
 

  1. Développer l’estime de soi de l’enfant est capital: valorisez ses aptitudes intellectuelles et affectives, faites-lui des compliments sur sa personnalité.
  2. Comme parent, présenter un modèle d’individu qui vit bien sa sexualité, mais qui ne mise pas sur son apparence physique pour ce faire.
  3. Développer l’esprit critique face aux contenus des médias en ayant des discussions.
  4. S’occuper de l’éducation sexuelle de son ado en lui fournissant de l’information de qualité: des livres sur le sujet, des articles de magazines sérieux.

RESSOURCES
Miroir, miroir… je n’aime pas mon corps! Le développement de l’image corporelle chez les enfants, les adolescents et les adultes, Éditions La Presse
Les ados: guide de survie pour parents!,
Éditions La Presse

Merci à la Dre Nadia Gagnier, psychologue, pour son aimable collaboration (drenadiapsychologue.com).



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte