Première relation sexuelle: comment en parler?
/ 5

Première relation sexuelle: comment en parler?

Photo: Shutterstock

Notre enfant a vécu plusieurs premières fois. Premiers pas, premier mot, premier baiser… Aujourd’hui, il s’apprête à vivre une autre première fois: celle où il aura sa première relation sexuelle. Prêt à aborder le sujet avec lui? Jocelyne Robert, sexologue, vous fait cadeau de quelques précieux conseils.

D’entrée de jeu, Mme Robert y va d’une mise au point: «Il faut savoir que la première fois d’aujourd’hui n’a rien à voir avec la première fois d’il y a 20 ans. En 2014, les jeunes ont beaucoup plus d’intimité sexuelle et génitale. Ils ont souvent pratiqué un cunnilingus ou une fellation avant leur première fois. On devrait donc parler de première relation avec pénétration», précise-t-elle.

Comment aborder le sujet?
Selon la sexologue, ça risque de se présenter assez aisément si on a déjà parlé de sexualité avec notre enfant. «Un jour, on va sentir qu’il est amoureux. On va voir qu’il se passe des choses et ça va venir tout seul.» À son avis, il faut faire preuve d’ouverture et faire comprendre à notre ado qu’on n’est pas là pour le juger, mais pour l’aider. «On va lui dire qu’on comprend qu’il est en amour, que s’il est prêt à avoir une vie sexuelle active, il n’est pas obligé de tout nous raconter, mais qu’on tient à ce qu’il ne se blesse pas, à ce qu’il prévienne les maladies, les infections et les grossesses.» Jocelyne Robert conseille d’aborder le sujet dans un contexte quotidien. «On peut profiter d’une scène d’amour dans un film, par exemple. Rien ne sert de prévoir un souper officiel au resto. Ça rendrait la chose dramatique et ce n’est pas ce qu’on veut!», ajoute-t-elle.

À éviter
 

  • Faire les réponses et les questions
  • Dramatiser
  • Juger
  • Faire comme si on avait la vérité infuse
  • Se «débarrasser» du sujet une fois pour toutes

À 12 ans, mon ado se dit prêt…Quoi lui dire?
«On lui dit que ça ne se peut pas, qu’il se raconte des histoires! Qu’un jeune de 12 ans ne peut pas être prêt, à moins qu’il soit un être exceptionnel!», répond d’emblée la sexologue, amusée par la question. Cette dernière croit qu’il est important de faire comprendre à son jeune, avec un brin d’humour, que ça prend une certaine maturité, une considération de l’autre et une capacité de partage. «Il ne faut toutefois pas nier l’effervescence sexuelle qui l’habite. Il faut lui dire qu’on reconnaît son envie, qu’il peut fantasmer et se masturber, que c’est tout à fait naturel. Mais que vivre une sexualité partagée, c’est autre chose», conclut-elle.

Déconstruire le mythe pornographique
Avec Internet et les réseaux sociaux, le matériel pornographique n’a jamais été aussi accessible. En voyant toutes sortes de choses sur le Web, les ados en viennent à avoir une vision déformée de la sexualité, selon Mme Robert. «Ils ont vu tellement d’affaires! Ils pensent que les gars ont des érections qui durent cinq heures, que les filles jouissent comme des cinglées la première fois, qu’elles ont un orgasme en faisant une fellation… Dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça. C’est du spectacle, il faut leur dire!»

Amener notre jeune à se poser les vraies questions
 

  • Est-ce que j’en ai vraiment envie?
  • Est-ce que je le fais pour moi, pour faire plaisir à l’autre ou encore pour faire comme mes amis?
  • Est-ce que j’ai confiance en mon partenaire?
  • Quelles sont mes attentes pour cette première fois?
  • Est-ce que j’ai prévu des moyens de me protéger contre les ITS et la grossesse?
  • Est-ce que j’ai prévu que ça se passe dans un contexte serein, agréable?

Ressources
…pour les parents

 

  • Jocelyne Robert, Full sexuel, Les Éditions de l’Homme
  • Jocelyne Robert, Parlez-leur d’amour et de sexualité, Les Éditions de l’Homme

…pour les ados
 



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte