Comment identifier le TDAH
/ 5

Comment identifier le TDAH

Les experts estiment qu’environ 5 à 15% des enfants d’âge scolaire souffrent du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Mais comment peut-on l’identifier?

Par Rebecca Martin et Martine Frigon / Photo: Shutterstock

De nombreux experts estiment que le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) a toujours existé. Toutefois, ce n’est qu’au début du XXe siècle que ce problème a été cliniquement décrit.

Les personnes atteintes du TDAH ont beaucoup de difficulté à se concentrer, à être attentives et à mener leurs tâches à terme. Elles ont la bougeotte, peinent à attendre leur tour et agissent le plus souvent impulsivement. Ce trouble est généralement diagnostiqué vers l’âge de sept ans. Mais dès l’âge de deux ans, on peut déjà présumer sa présence chez les enfants qui affichent des comportements difficiles.

Les causes
Le TDAH est une affection complexe, car elle est d’origine neurologique et est imputable à des déséquilibres des constituants chimiques du cerveau.

Des chercheurs ont démontré que chez les personnes atteintes du TDAH, les zones cérébrales responsables de l’attention, du sens de l’organisation et du contrôle des mouvements s’activent de façon anormale ou encore, qu’elles ont une anatomie particulière. Les recherches font aussi état d’un déséquilibre dans les taux de certains neurotransmetteurs dans le cerveau, comme la noradrénaline et la dopamine.

Le TDAH pourrait être un trouble héréditaire. La plupart des enfants affectés ont au moins un membre de leur famille qui en souffre aussi. «Il se peut qu’un des deux parents l’ait, précise la Dre Annick Vincent, spécialiste du trouble de déficit de l’attention. En recueillant des informations, parfois le père ou la mère se dit: “ Mais, c’est moi!”» Dans ce cas, si le parent en sent le besoin, il pourra consulter pour obtenir de l’aide et trouver des solutions à ses comportements problématiques.

De plus, on soupçonne que l’exposition à certaines substances toxiques (alcool, tabac, pesticides, etc.) durant la grossesse serait responsable de 10 à 15% des cas.

Finalement, une lésion ou une infection du cerveau (méningite ou encéphalite), un manque d’oxygène à la naissance, une naissance prématurée ou d’autres complications à l’accouchement peuvent augmenter les risques de TDAH.

Le diagnostic
Il est parfois difficile d’établir un diagnostic précis. L’évaluation consiste généralement à dresser l’historique du développement psychomoteur de l’enfant. Des tests psychologiques et neuropsychologiques sont utiles pour évaluer son quotient intellectuel, sa capacité à se concentrer et son potentiel d’apprentissage. La plupart du temps, les enseignants sont appelés à contribuer à l’évaluation de l’enfant.

Les traitements
Il n’existe pas de traitement curatif, mais on peut atténuer les conséquences du TDAH. Plusieurs types de médications peuvent être prescrites. La prise de médicaments devrait être associée à un suivi avec un psychoéducateur, un orthopédagogue ou un psychologue.

5 troubles associés
Un grand nombre d’enfants qui souffrent de TDAH présentent aussi l’un des troubles suivants:

  • Trouble oppositionnel avec provocation. L’enfant est hostile, méfiant et provocateur devant toute figure d’autorité.
  • Troubles de comportement. Antisocial, il commet des vols, cherche la bagarre et se montre violent envers les humains et les animaux.
  • Dépression. Victime de rejet parce qu’il ne se contrôle pas, il est dépressif. Il en résulte une pauvre estime de soi.
  • Troubles anxieux. L’anxiété et la nervosité donnent lieu à des tics, à un rythme cardiaque rapide, à des vertiges et parfois, à des troubles obsessionnels compulsifs.
  • Troubles d’apprentissage. Environ 20% des enfants atteints de TDAH présentent des retards de développement du langage et de la motricité fine.

Besoin d’aide?
Le Regroupement des associations de parents PANDA du Québec s’est donné comme mission d’aider les parents ayant un enfant atteint du TDAH. Il organise des conférences, des camps pour les enfants et les parents. Le Regroupement travaille de concert avec les représentants des milieux scolaires, de la santé et des services sociaux, ainsi qu’avec les associations et les divers comités interpellés par ce problème. Pour plus d’infos: associationpanda.qc.ca.

Par ailleurs, plusieurs CLSC offrent notamment un service de coaching parental pour soutenir la famille.

Et dans certaines régions du Québec, il y a Gymn-eau. Cet organisme communautaire offre des activités de loisir qui favorisent le développement et l’épanouissement des enfants et des adolescents. Dans un climat de non-compétition et de valorisation de l’effort, les activités permettent à l’enfant d’accroître sa confiance et son estime personnelle. Pour plus d’infos: gymn-eau.org.

 



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte