Oui ou non: les augmentations mammaires
/ 5

Oui ou non: les augmentations mammaires

Par Elisa Cloutier, collaboration spéciale
Photo: Shutterstock

En Amérique du Nord, huit femmes sur dix se disent insatisfaites de leur image. Plusieurs sont notamment complexées par leurs seins au point d’envisager l’augmentation mammaire. S’il est prouvé qu’en général cette opération a des conséquences positives sur l’estime de soi des femmes, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une chirurgie majeure comportant certains risques. Plusieurs décrient également les standards de beauté irréalistes que les femmes souhaitent atteindre en ayant recours à cette opération.

OUI

Point de vue de l’expert
Dr Éric Bensimon, président de l’Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec.

Les femmes qui ont recours à l’augmentation mammaire le font pour améliorer leur silhouette et, par le fait même, leur estime personnelle. «Mais elles le font d’abord pour elles-mêmes, pas pour les autres. C’est une chirurgie pratiquée depuis de nombreuses années, qui répond à une réelle demande. Et je peux vous affirmer que les témoignages des patientes sont concluants», soutient le Dr Bensimon. Selon lui, l’augmentation mammaire est une intervention qui s’est beaucoup améliorée au cours des 20 dernières années, et les implants sont de meilleure qualité aujourd’hui. «Bien entendu, toute chirurgie comporte des risques de complications. Nous faisons part de ces risques potentiels aux patientes, qui sont souvent déjà très bien renseignées. Elles savent exactement dans quoi elles s’embarquent. Nous n’acceptons pas d’emblée toutes les demandes. Notre rôle est d’être à l’écoute et de bien évaluer si une femme est apte à subir l’opération. Nous sommes avant tout des médecins, des chirurgiens qualifiés, et nous avons à coeur la santé de nos patientes.» Est-ce que le fait d’avoir des implants est contre-indiqué pour une femme qui veut avoir des enfants et allaiter? «Il n’est pas dangereux d’allaiter si vous avez des implants. Mais, si une femme nous indique clairement qu’elle souhaite avoir des enfants et les allaiter, nous allons fort probablement opérer différemment, en évitant de passer par le mamelon.»

NON

Point de vue de l’expert
Lise Goulet, agente de liaison et formatrice, Réseau québécois d’action pour la santé des femmes

«Nous ne portons aucun jugement moral sur les femmes qui envisagent l’augmentation mammaire. Toutefois, les enjeux liés à la santé sont très importants, et il importe d’en aviser les femmes», explique Lise Goulet. Selon Santé Canada, la plupart des femmes portant des implants mammaires présenteront, à un moment donné, des complications telles que douleur, déformation, infection grave ou contraction capsulaire, sorte de capsule que l’organisme forme autour des implants. Toujours selon ce ministère, les implants autorisés au Canada représentent un niveau de risque élevé en vertu du Règlement sur les instruments médicaux. «Il ne faut pas oublier que toute chirurgie plastique est un acte médical qui comporte des risques. Ces derniers peuvent être d’ordre général, anesthésique, hémorragique, cicatriciel, vasculaire, infectieux… C’est une intervention pour laquelle il est impossible d’affirmer qu’elle peut se réaliser sans complications», soutient Mme Goulet. Autre fait à ne pas négliger: l’implant devra être remplacé quelques fois au cours d’une vie, et le niveau de risque augmente à chaque nouvelle intervention. Malgré ces mises en garde, comment expliquer que ce type de chirurgie ait augmenté de plus de 200% dans le monde depuis 15 ans? «La pression sociale pour correspondre aux modèles de beauté, inaccessibles et souvent retouchés, est très forte. L’image idéale de la femme ayant une poitrine généreuse est partout sur la place publique. À quand de réels modèles de beauté diversifiés qui respecteront l’intégrité physique et mentale des femmes et des jeunes filles?»



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte