Devrait-on savoir le sexe du bébé à l’avance?
/ 5

Devrait-on savoir le sexe du bébé à l’avance?

Par Annie Lavoie
Photo: Shutterstock

Demander le sexe de notre bébé a plusieurs avantages, mais garder la surprise peut être très palpitant! Savoir ou ne pas savoir? Là est la question! Une psychologue et une éducatrice prénatale nous présentent les deux côtés de la médaille.

Point de vue des experts

Nathalie Parent, psychologue, chargée de cours à l’Université
Laval et auteure du livre Du post-partum à la dépression

nathalieparent.com

Isabelle Roy, coauteure de Nos cours prénataux à la maison
et éducatrice prénatale chez Mère et monde

mereetmonde.com

Oui
Il semble que la très grande majorité des couples demandent à connaître le sexe de leur enfant. C’est du moins ce que remarque Isabelle Roy, qui accompagne des parents et donne des cours de préparation à l’accouchement depuis plus de huit ans. Mais quels sont les avantages à le faire? Les deux expertes s’entendent pour dire que le principal avantage est d’ordre logistique. Selon elles, connaître le sexe de son bébé avant sa naissance permet aux parents de mieux planifier son arrivée. Ils peuvent aménager sa chambre, choisir les couleurs, lui acheter des vêtements… «À défaut d’avoir le contrôle sur la grossesse et l’accouchement, ils l’auront sur les préparatifs», explique Isabelle Roy. «Et en magasinant à l’avance, ils pourront même profiter de certains rabais», ajoute Nathalie Parent. Elle mentionne que connaître le sexe du bébé peut même diminuer l’angoisse chez les futurs parents. «En sachant s’il s’agit d’une fille ou d’un garçon, le bébé devient plus concret. On va aussi pouvoir lui parler en le nommant par son prénom. Une bonne façon pour le père de se sentir plus impliqué.» Autre argument pour le dévoilement du sexe: préparer la fratrie à la venue d’un petit frère ou d’une petite soeur. «Il peut arriver que l’aîné nous dise qu’il ne veut pas d’un petit frère, par exemple. Si nous savons que nous attendons un garçon, il aura plusieurs mois pour se faire à l’idée, pour l’imaginer comme un être sexué», explique la psychologue.

Non
Selon la psychologue, le fait d’attendre à l’accouchement pour découvrir le sexe de son bébé permet aux parents de vivre la grossesse dans le moment présent plutôt que dans l’anticipation. À son avis, ça permet aussi de rêver le bébé à venir, de le voir au masculin comme au féminin. «Ça laisse davantage place à l’imagination et ça permet aux futurs parents d’échanger sur le sujet. Si c’est une fille… Si c’est un garçon…» Elle ajoute que plus nous précisons nos attentes par rapport à un sexe en particulier, plus le risque de déception est grand. Ne pas connaître le sexe de notre bébé diminue donc ce risque. «Ça fait aussi partie du processus naturel de la vie de laisser aller les choses», précise-t-elle. Quant à Isabelle Roy, elle s’étonne chaque fois de voir à quel point une complicité peut se tisser entre les deux partenaires, surtout s’ils ne connaissent pas le sexe du bébé. «Un enfant qui naît, c’est en général l’apothéose d’une belle histoire d’amour entre deux individus. En ne demandant pas le sexe du bébé, les parents pourront le découvrir tous les deux à la naissance, en toute intimité. Ce sera donc un moment privilégié pour eux», explique-t-elle. Elle conclut en disant que ne pas connaître le sexe du bébé apporte un effet de surprise qui va rendre le moment de l’accouchement encore plus grandiose.



You may also like

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte