Le sud pas cher, est-ce possible?
/ 5

Le sud pas cher, est-ce possible?

À ce temps-ci de l’année, on rêve de soleil et de plage… au plus bas prix! Mais les aubaines, on les trouve chez un grossiste, un courtier ou en ligne ?

Par Geneviève Riel-Roberge / Photo: Shutterstock

C’est un premier périple dans le sud? On a besoin de conseils et ceux d’un agent s’avèrent sécurisants. En comparaison, les informations sur le Net peuvent sembler incomplètes pour les voyageurs débutants, voire difficiles à comprendre. «Des moteurs de recherche proposent des correspondances de vols qui ne sont pas toujours réalistes et qui ont des délais serrés», indique Manon Langelier, de l’agence Laurier Du Vallon. Sur le Web, l’horaire des vols est complexe.

Au prix le plus bas?
Ce qui coûte le plus cher, c’est l’extra, le petit plus qui déborde du forfait. Par exemple, changer l’hôtel du tout-inclus augmente la
facture. C’est l’équivalent du trio McDo et du menu à la carte! Pour un séjour abordable, on préfère les services standards. 

La concurrence est forte et les Québécois adorent les aubaines. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les prix chez le voyagiste
ET sur le Net sont souvent les mêmes. L’absence d’un intermédiaire en ligne n’est pas toujours synonyme d’économie! «Les tarifs, influencés par l’offre et la demande, sont fixés par les grossistes – pensons à Tour Mont-Royal, Vacances Transat, etc.», explique Mme Langelier.

À une même date, un voyage sera donc offert au même coût chez trois concurrents.

Désormais, des voyagistes proposent la politique du plus bas prix, sous deux formes:

  1. le meilleur tarif possible entre la date d’achat du billet et la date du départ;
  2. des crédits-voyage si un forfait identique est offert moins cher ailleurs. Bien sûr, des conditions s’appliquent… et il est essentiel de lire les petits caractères!

Qui magasine en ligne?
Le Net ne convient pas à tous. Les aventuriers au passeport bien tamponné y surfent facilement, tout comme les gens qui aiment fouiller. En quelques clics, ils trouvent une foule de possibilités (vols, hôtels, location de voiture, etc.). Les amateurs de formule clés en main seront vite exaspérés.

Oups!
Un service n’a pas été rendu pendant le voyage? Le Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyage (FICAV) vient à la rescousse. Une seule condition: acheter le voyage auprès d’un agent détenant un permis du Québec délivré par l’Office de la protection du consommateur (opc.gouv.qc.ca).

Merci à Manon Langelier, directrice régionale vacances, Laurier Du Vallon, laurierduvallon.com, et à Jennifer Callegaro, directrice principale marketing, Expedia Canada.



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte