Oui ou non: les activités parascolaires
/ 5

Oui ou non: les activités parascolaires

Texte: Geneviève Gourdeau
Photo: Shutterstock

Bientôt, ce sera la période des inscriptions aux activités pour les enfants. Sports, sciences, musique, arts, langues… ce n’est pas le choix qui manque. Mais, avant de remplir son agenda, il est bon de se demander s’il est sain que notre enfant fasse plusieurs activités, en plus de l’école, du service de garde et des activités parascolaires. A-t-il besoin d’en faire autant pour s’épanouir? A-t-il du temps libre? Des spécialistes nous font voir les deux côtés de la médaille.

OUI

Point de vue de l’expert
Nancy Doyon, présidente de SOS Nancy coaching familial (sosnancy.com), auteure et conférencière.

« Premièrement, avant d’inscrire son enfant à plusieurs loisirs, il faut se demander quel est le but recherché. Si l’objectif principal est le plaisir, pourquoi pas? », explique d’entrée de jeu Nancy Doyon, coach familiale. Même son de cloche de la part de Germain Duclos, psychoéducateur et orthopédagogue : « Oui, si les activités sont faites dans le plaisir. Cela permet de décompresser de l’école, de se découvrir des talents, des passions, de vivre des réussites, donc de développer l’estime de soi ». Ce spécialiste de l’éducation encourage aussi les activités où l’enfant tisse des relations de qualité avec d’autres personnes. « Les occasions de socialisation à travers les activités peuvent être très bénéfiques. J’encourage aussi les activités extérieures: il faut que les enfants jouent dehors! » Les deux experts s’entendent: il ne faut pas inscrire son enfant à une activité seulement parce qu’elle est à la mode (par exemple, le cheerleading) ou parce qu’elle est très éducative, comme les ligues de génies en herbe. Selon Nancy Doyon, « il faut respecter l’enfant qui est devant nous, évaluer ses véritables besoins et la pertinence des activités pour lui. Aussi, est-ce que ça rentre bien dans l’horaire familial? ». On suggère aussi de choisir des activités près de la maison pour éviter les pertes de temps dans le transport. « Oui à plusieurs activités pour un enfant qui gère bien le stress, qui va bien à l’école et qui a une grande énergie, ce que j’appelle du “ gaz d’avion ” », conclut Nancy Doyon.

NON

Point de vue de l’expert
Germain Duclos, psychoéducateur, orthopédagogue, conférencier et auteur

« Si les activités demandent une performance à l’enfant – ce qui est souvent le cas –, je recommande d’en limiter le nombre le plus possible. On leur demande déjà de performer à l’école: la coupe est presque pleine », explique Germain Duclos. Donc, s’il faut que l’enfant produise un résultat et qu’il soit régulièrement évalué, on met la pédale douce. « L’enfant, pour développer une bonne estime de lui, a absolument besoin de sentir de ses parents un attachement inconditionnel, non lié à la performance et à la participation aux activités », souligne M. Duclos. Plusieurs activités à l’horaire génèrent également du stress pour tous, parents et enfants. « Pour toutes sortes de raisons, les parents se mettent une pression pour garder leurs enfants occupés. Or, la plupart des problèmes de comportement que j’observe dans mon travail de coach familiale sont liés à un niveau de stress trop élevé, vécu par des enfants trop occupés », expose Nancy Doyon. Les deux spécialistes rappellent aux parents qu’il est tout à fait correct et souhaitable de laisser un enfant s’ennuyer. « Avec trop d’activités, on sabote la capacité de créativité de l’enfant. Or, c’est ce qui va l’aider plus tard dans la vie à trouver des solutions par lui-même », explique M. Duclos. On suggère aussi d’arrêter d’être des G.O. la fin de semaine. Selon Nancy Doyon, « il faut prendre le temps d’ÊTRE avec vos enfants, plutôt que de toujours vouloir FAIRE quelque chose avec eux. »



Vous aimerez peut-être également

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité et de cookies.

J'accepte