Accueil | Trucs | Famille | La transition du primaire au secondaire: nos conseils
La transition du primaire au secondaire: nos conseils

La transition du primaire au secondaire: nos conseils

Texte: Annie Lavoie
Photo: Shutterstock

Le passage du primaire vers le secondaire est une étape déterminante dans la vie d’un enfant. Votre préado s’apprête à franchir ce pas? Nadia Desbiens, professeure titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, vous offre quelques conseils pour l’aider à le faire avec succès.

Garderie, maternelle, primaire… depuis sa naissance, votre enfant a connu différentes transitions nécessitant une certaine capacité d’adaptation. Aujourd’hui, alors qu’il devient adolescent, il s’apprête à faire un autre grand pas, celui de passer de l’école primaire à l’école secondaire. « Chez un jeune, c’est la transition qui présente le plus haut risque de difficultés, puisqu’elle arrive au moment même où il vit de gros changements développementaux dus à une autre transition, celle de l’enfance à l’adolescence », explique la professeure.

Les défis du passage primaire-secondaire
Sur le plan social:

  • Se faire de nouveaux amis dans une école plus grande réunissant des jeunes de plusieurs quartiers
  • Créer un lien de confiance avec de nouveaux enseignants et intervenants

Sur le plan scolaire:

  • S’adapter aux méthodes d’enseignement qui varient d’un enseignant à l’autre
  • S’adapter à de nouvelles méthodes d’apprentissage et à de nouveaux critères d’évaluation

Sur le plan de l’organisation:

  • Apprendre à gérer son horaire, son matériel scolaire, ses activités parascolaires, ses déplacements dans l’école, etc.
  • Créer un équilibre entre les différentes sphères de sa vie: école, famille, amis, loisirs…

Mon enfant est plus à risque de moins bien s’adapter si…

  • Il est anxieux et timide
  • Il a cumulé un retard scolaire
  • Il manque de motivation et d’engagement sur le plan scolaire
  • Il éprouve de la difficulté à s’adapter sur le plan social et relationnel
  • Il vit de l’intimidation
  • Il a des troubles de comportement

Quand parler de cette transition avec notre enfant ?
On devrait commencer à s’intéresser à la question à partir de la 5e année, nous dit Nadia Desbiens. « En même temps, il faut faire attention. Si on en parle trop tôt ou qu’on semble insistant, le jeune va penser: “ Est-ce si pire que ça? ”. » Il est donc important de bien doser, ajoute-t-elle. À son avis, l’idée n’est pas nécessairement d’aborder le sujet de front, mais plutôt de guider tranquillement notre enfant vers une plus grande autonomie. « Au primaire, les jeunes sont très encadrés, presque maternés, ce qui n’est pas le cas au secondaire. Subtilement, on commence à donner à notre enfant des moyens pour se responsabiliser. En lui apprenant à noter ses choses dans son agenda pour s’assurer qu’il n’a rien oublié, par exemple. »

Temps d’adaptation
Normalement, trois ou quatre mois après son entrée au secondaire, notre enfant devrait s’être bien adapté à son nouveau milieu, selon Mme Desbiens. Elle ajoute que si on s’aperçoit que c’est encore très difficile après ce délai, c’est qu’il a peut-être besoin d’un accompagnement. « Il ne faut pas hésiter à en parler avec un intervenant de l’école. La transition primaire-secondaire est une période critique. L’élève doit accrocher assez rapidement à sa nouvelle école, car sinon le processus de démotivation s’enclenchera et pourrait risquer de l’amener à décrocher deux ou trois ans plus tard. »

Comment rassurer notre enfant?
Prendre le temps d’écouter ses préoccupations, le laisser verbaliser ses craintes et en discuter avec lui est la meilleure chose à faire selon Mme Desbiens. « Pendant la discussion, on note ses questions et on lui dit qu’on va l’aider à y répondre. C’est une bonne façon de ne pas nier ce que l’enfant exprime et de le sécuriser. » Pour trouver les réponses, Mme Desbiens suggère d’aller sur le site Web de la future école secondaire ou même d’apporter la liste de questions lors de la visite de l’établissement scolaire.

Quoi faire pour faciliter la transition?

  • Être à l’écoute et amener notre jeune à parler de ce qu’il vit à l’école
  • L’aider dans son organisation scolaire ainsi que dans sa gestion du temps et de ses priorités
  • Voir à ce qu’il dispose d’un endroit approprié pour faire ses travaux
  • Être à l’affût des signes tels qu’une diminution du rendement scolaire, une baisse de motivation pour l’école ou une dégradation de son estime personnelle
  • Participer aux rencontres avec les enseignants, et ce, dès le primaire
  • Trouver avec lui un moyen pour qu’il continue à voir ses amis même s’ils ne fréquentent plus la même école que lui

Ressources
…pour les parents et ados



Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Vous aimerez peut-être également